FANDOM


- Merci à Lucy MacGregor pour sa coopération sur cet article.


Savez-vous ce que les adultes de Flamen disent à leurs enfants pour les dissuader de faire des bêtises ou de mal se comporter ? « Sois sage et va te coucher, sinon les spectres du Marais vont venir te chercher ! » « Écoute-nous et sois gentil, ou tu finiras comme l'Enfant Hurleur ! » Mais surtout... Connaissez-vous l'histoire qui entoure ces menaces ? La plupart des Flamenois font référence à une vieille rumeur sans même en connaître les origines. Pour eux, il ne s'agit que d'une expression. Pourtant, il existe encore des habitants qui sont au courant des racontars sur le Marais Brumeux. Écoutez-les plutôt...

Cachés dans les fins fonds de la brume, les Pokémon Spectre avaient élu domicile dans ce lieu sombre et effrayant depuis d'innombrables années. Ils s'amusaient jour après jour, enfin nuit après nuit plutôt, à maintenir la réputation glauque de leur très cher marais. Ils étaient tous contents de leur quotidien. Tous... Sauf un. Un Skélénox solitaire, lui, n'était pas satisfait de sa routine. Il s'ennuyait. Et pour cause, il ne voyait presque jamais d'humains. Ses compatriotes avaient rendu l'endroit terrifiant à tel point que les Flamenois n'osaient plus s'en approcher. Et le Pokémon n'avait aucune envie de partir les tourmenter chez eux. Ce serait bien plus amusant de les amener directement dans la gueule du loup, c'était évident ! Sans attendre plus longtemps, le Skélénox s'empressa de rassembler la communauté de spectres vivant dissimulés dans le brouillard. Il sut trouver les mots et les arguments, qui soulevèrent un engouement général. Tous se réjouissaient d'avance du résultat de leur projet, et ils en venaient même à se demander comment ils avaient pu échapper à l'ennui jusqu'à présent. La fête des esprits fut programmée au soir même, tandis que les premiers rayons matinaux inondaient les contrées de Flamen.

Au soir venu, les premières étoiles s'allumaient dans le ciel dégagé de Flamen. Le jeu pouvait commencer. Où aller ? À la ville la plus proche, bien sûr ! Tarouga. Les habitants de cette bourgade étaient loin de soupçonner le rassemblement spectral qui se dirigeait droit sur eux. Des Fantominus, des Feuforêve, des Skélénox, des Ectoplasma... Un défilé à faire glacer le sang du plus courageux des hommes. Et ils ne demandaient qu'une seule chose : s'amuser. Mais à leur façon. Entendre les humains crier, pleurer, voir la peur sur leur visage... Voilà ce qui amusait les visiteurs de Tarouga. Toutefois, le Skélénox solitaire ne prévoyait pas de semer la pagaille dans la ville. Il avait pensé à bien pire. Ils allaient voler quelque chose de très cher pour ces humains. Leurs enfants. Dissimulés dans les ténèbres nocturnes de la ville, la sinistre procession zigzaguait entre les habitations à la recherche de leur première proie. Ils ne mirent que peu de temps avant de traverser le mur d'une des maisons les plus proches. L'odeur de la jeunesse flottait partout dans la bâtisse. Jackpot. Non pas un, mais trois enfants dormaient paisiblement à l'étage. À l'aide d'attaques Hypnose, les invités indésirables attirèrent leurs victimes à l'extérieur de la maison, et le défilé des ombres reprit le chemin inverse, afin de s'enfoncer dans les profondeurs de la brume avant que le soleil ne se lève.

Ce manège se répéta. Encore. Encore. Et encore. Chaque soir, un ou plusieurs enfants disparaissaient, sans laisser aucune trace. Bien vite, les soupçons se portèrent sur les résidents du Marais Brumeux. Cependant, aucun adulte n'osait s'approcher du sinistre endroit. Ils avaient beau protéger du mieux qu'ils le pouvaient leur maison, garder leurs enfants avec eux, tous leurs stratagèmes se soldaient par un échec cuisant. Les habitants de Tarouga désespéraient de revoir un jour leurs fils et leurs filles. En effet, les petits disparus, on ne les retrouvait plus. Même en retournant les alentours de fond en comble. Ils donnaient l'impression de s'être tout bonnement volatilisés... Comme s'ils n'avaient jamais existé. Enfin, une nuit, environ un mois après le début des enlèvements, un des disparus passa la porte de sa maison. Ses parents croyaient rêver. On leur avait enfin rendu leur enfant ! Les pauvres idiots. Dans leur joie extrême, ils n'avaient même pas remarqué l'air étrange qu'affichait leur gamin. Ses pupilles n'exprimaient que le néant total. Elles étaient vides. Car en réalité, ce n'était pas vraiment leur fils que les deux Flamenois avaient en face d'eux. Il s'agissait bien de son enveloppe corporelle, pourtant, son âme semblait avoir quitté son corps... Ou bien avait-elle été volée... Qui sait... Au lieu de se jeter dans les bras de ses parents en pleurant, le nouveau-venu agrippa leur bras pour les tirer vers la porte. Les adultes n'en revenaient pas, avait-il découvert quelque chose d'important dans le marais ? Pressés par le gamin, les Flamenois baissèrent leur garde et suivirent aveuglément leur enfant prodigue, qui les conduisait dans le piège des spectres.

La communauté de Tarouga était désemparée. Les enfants ne leur suffisaient plus, ils kidnappaient les adultes à présent ! Mais jusqu'où iraient ceux qui les tourmentaient ? Quand se lasseraient-ils enfin ? Ils n'avaient malheureusement pas le pouvoir d'améliorer leur sort. Un jeune garçonnet, un des derniers enfants du village, suivait les discussions sérieuses de ses aînés, l'oreille contre la parole. Pour lui, la solution était évidente : il fallait aller chercher les disparus soi-même au lieu d'attendre que les choses se fassent ! Le petit s'ennuyait à mourir depuis les premiers enlèvements. La plupart de ses amis se trouvaient dans le marais, il n'avait plus personne pour s'amuser et pour raconter ses histoires. Il avait bien essayé de faire entendre raison aux Grands, mais ces trouillards ne portaient aucune attention aux paroles d'un gamin haut comme trois pommes. Qu'à cela ne tienne, il n'avait qu'à se débrouiller tout seul. Ce petit garçon possédait un tempérament d'une grande prétention. Pour lui, ces spectres de pacotille ne parviendraient pas à toucher au moindre de ces cheveux. De plus, il répétait à qui voulait bien l'entendre, ou pas d'ailleurs, que rien n'était en mesure de lui faire peur, sans même avoir été confronté à de vraies situations terrifiantes ou critiques. Avec cet état d'esprit, la suite des événements lui apparaissait clairement. Si aucune grande personne ne faisait preuve d'assez de courage pour partir secourir les disparus, il irait lui, même s'il n'était qu'un gamin. Évidemment, il se garda bien d'en parler à qui que ce soit, sachant pertinemment que personne ne le soutiendrait dans son projet fou. C'est ainsi qu'un soir, il sortit sans bruit de chez lui, et suivit le cortège des ombres...

La suite, aucun Flamenois ne fut en mesure de la conter en détail. Pourtant, le bruit courut que le garçonnet en question avait bien surestimé ses capacités et son sang-froid. Ses hurlements avaient retenti quelques minutes à peine après son entrée dans le marais. Les Pokémon Spectre, tellement intéressés par ce nouveau jouet, volontaire en plus de cela, avaient même libéré tous leurs captifs. Étrangement, ces derniers n'auraient conservé aucun souvenir de leur séjour dans la brume. Quant à l'enfant, il serait devenu fou sous l'effet de la peur, et aurait rendu l'âme au bout de quelques semaines, tourmenté chaque minute, chaque seconde par les résidents du marais. Son esprit y serait d'ailleurs toujours prisonnier, et ses hurlements hanteraient encore ce lieu sinistre, retentissant à n'importe quel moment. Nombreux furent les voyageurs à les avoir entendus, sans pour autant se douter de cette histoire. « Un simple Feuforêve » qu'ils disaient. Et les habitants de Tarouga leur répondaient systématiquement : « Non, ce n'était pas un Feuforêve. C'était l'Enfant Hurleur. »

Pensez-y quand vous irez vous promener de ce côté de Flamen... Et surtout, tendez l'oreille...

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.